L'argent, l'argent, l'argent...
Bon nombre de nos décisions les plus importantes sont prises en considération de ce point.

Il faut dire que l'Homme a un rapport étrange avec l'argent. Dans notre société actuelle on en a besoin pour vivre, alors qu'en vérité, à part si l'on manque d'air, d'eau et de nourriture... avoir de l'argent ou pas dans sa poche ne nous tuera pas.

Quoi que...

Qui n'a jamais été jugé par son statut social ? 
Rendez vous compte que dès tout petit déjà, à l'école, on nous demande "qu'est ce qu'il font dans la vie tes parents ?". Comme si nous étions prédestinés par les moyens financiers de nos parents à faire partie de la "haute société" ou des autres... Oui parce que soyons honnêtes, pour les gens les plus aisés, bien souvent c'est eux, et les autres (la "mauvaise classe" pour ainsi dire). Et je ne dis pas ça pour stéréotyper mais en connaissance de cause.

Ce critère de différenciation des individus est, il me semble, plus accentué en Ile de France qu'en Province. Sachez que je vous envie mes chers lecteurs de Province...

Je ne compte pas ici les gens qui snobent les autres dans le métro, la rue ou au travail en fonction de leurs habits, de leur station de métro, de leur poste de travail...
C'est bien malheureux de constater que l'Homme passe son temps à courrir après l'argent sans se rendre compte que l'argent n'achètera pas le temps perdu.

Quand je faisais ma maitrise, je m'étais inscrite dans une école privée réputée dans mon domaine d'études (étant impossible de prendre une école publique car il n'y en avait pas...  Encore un critère qui révèle que sans argent l'accès aux études est compliqué), "quitte à devoir aller en école privée, autant aller dans une qui m'ouvrira des portes" me suis-je dis.
Bien évidemment, qui dit école privée dit financement. J'ai donc du signer un crédit et taper dans mes économies pour me payer mon année.
Là bas, il n'y avait que des bourgeois, des enfants de directeurs d'entreprise, des gens qui habitaient Neuilly (sur Seine hein ?!), Paris XVIe... Bref, que des étudiants issus de familles aisées habitant dans les quartiers chics. Alors moi, enfant issue de l'immigration, avec des parents ouvriers et habitant la banlieue de surcroit, vous vous doutez bien que je faisait tâche. le pire étant que non seulement les étudiants me faisaient comprendre que pour eux je n'était que de la merde et que je n'avais rien à faire là, mais l'administration et les profs aussi. Quand aux bourgeois on ne demandait qu'un garant (quand on le demandait) pour l'inscription à l'école, moi on m'en a demandé deux.

Je vous passerait les remarques à vomir que j'ai pu entendre pendant mon année. En tout cas, quand je l'eu terminée, j'ai pleuré de joie. Enfin libérée de cette année de jugements. 
Mais ce que j'ai retenu de cette année d'études, c'est que pour ces gens, la
 valeur de l'individu dépend de la taille de son compte en banque. 

De nos jours, dans le monde du travail, on peut être "socialement mort" si une personne vous a dans le colimateur et estime qu'en fonction de votre classe sociale vous n'avez rien à faire sur un poste suppérieur ou équivalent au sien.
Parce qu'argent est synonyme de pouvoir, plus l'Homme s'enrichit, plus il a du pouvoir, plus il a soif de pouvoir et plus il veut de l'argent. Alors l'Homme ne s'entoure que de gens de pouvoir pour se rassurer sur le fait qu'il en a lui même tout autant que ces autres.

Certes, l'argent nous permet de vivre, plus ou moins confortablement, mais à en vouloir toujours plus, on fait le choix de favoriser la richesse à l'humain. L'argent devient une drogue, l'Homme devient une marionnette et l'humain se meurt...

Et vous, que pensez-vous du rapport qu'a l'Homme avec l'argent ?